Loading...

Mission | Septembre 2022


Souvenirs d’Amérique latine

«¿Cómo se llama tu Mamá? ¿Ella murió?» (« Comment s’appelle ta maman ? Est-ce qu’elle est morte ? »), demande Taiz, une fillette de 6 ans. Elina n’a d’abord pas compris pourquoi elle lui posait cette question, mais par la suite, nous avons appris que cette petite fille avait perdu sa maman. Durant les trois semaines passées au foyer « Cristo te Salva » à Riberalta, nous avons fait connaissance avec d’autres enfants aux histoires similaires. Nous avons fait de nouvelles expériences, parfois belles, mais parfois difficiles aussi.



Des modes de vie différents
Après les trois mois passés à l’école de disciples GROW, nous avions la possibilité de partir à l’étranger, cette année en Amérique du Sud. Nous avons travaillé dans un foyer pour enfants dirigé par Mirjam et Federico. Le couple a quatre enfants ; Mirjam est une Suissesse qui a rencontré Federico lors d’un séjour en Bolivie. Ils se sont mariés et aujourd’hui, ils prennent soin de 30 enfants qui n’ont plus de parents ou dont personne ne peut s’occuper. Federico gère aussi un club de foot qui a le même nom que le foyer pour enfants. Ils ont beaucoup à faire et sont donc ravis de recevoir de l’aide. 

Après avoir atterri sur le petit aérodrome de Riberalta et fait le trajet jusqu’au foyer, nous avons vite remarqué que la vie y est bien différente qu’en Suisse. Le climat tropical, le mauvais état des routes, les motos circulant dans tous les sens (les voitures sont rares ici). Le centre-ville se compose surtout de maisons en brique avec un simple toit en tôle. À l’écart du centre, les maisons sont parfois faites de bois et de terre et recouvertes de branches de palmier. Nos chambres et la vie au foyer pour enfants étaient aussi beaucoup plus modestes que ce à quoi nous sommes habitués. 

Des petits plaisirs
Voici à quoi ressemblaient nos journées : si le chant du coq ne nous avait pas déjà sortis de notre sommeil, nous étions réveillés à 5 heures par la musique résonnant dans les haut-parleurs de la maison. Chaque journée commençait par un temps de chant, de prière et de méditation. Nous prenions ensuite le petit-déjeuner et les enfants partaient à l’école. Nos tâches étaient diverses. Thomas a participé à la construction d’une petite piscine tandis que Batya et Elina ont aidé les enfants à faire leurs devoirs et contribué aux tâches ménagères. De temps en temps, nous avons aussi pu participer à des activités en dehors du foyer, par exemple pour donner un coup de main lors de clubs d’enfants, à l’école ou pour des travaux pratiques. Nous avons beaucoup aimé passer du temps avec les enfants, parler, changer et jouer au foot avec eux. C’était fascinant de voir qu’il faut peu de choses pour leur faire plaisir. Leurs histoires tristes et leur vie au foyer sont si différentes des nôtres.

De beaux moments
Nous avons aussi connu des difficultés. Malheureusement, nous étions souvent malades et ne pouvions pas toujours aider autant que nous l’aurions désiré. Et comme nous connaissons peu l’espagnol, la barrière linguistique était parfois pénible.

Même si le temps passé à Riberalta n’a pas toujours été facile et qu’il a fallu relever de nombreux défis, nous sommes très reconnaissants pour cette expérience. Nous sommes heureux d’avoir saisi cette occasion ! Le temps a passé, mais nous gardons en mémoire les beaux moments passés avec les enfants.

Une fin en apothéose
Après trois semaines au foyer pour enfants, nous avons encore passé dix jours chez Elias et Priska Buchs à La Paz. Susi Schlumpf nous a fait visiter cette ville située au cœur des Andes. Ces quelques jours nous ont fait beaucoup de bien. Nous avons même fait une excursion au Salar d’Uyuni et avons passé deux jours au bord du lac Titicaca. Autant d’occasions d’admirer la merveilleuse création de Dieu ! Durant tout ce temps en Bolivie, Dieu a été avec nous et nous a aidés à maintes reprises.

Notre prière
Nous disons merci à Dieu pour le temps passé en Bolivie et pour sa protection. 

Nous lui demandons de remplir Federico et Mirjam et force et de sagesse dans leur travail et de les aider dans la recherche de collaborateurs.

Nous prions pour les missionnaires à La Paz et pour le « Mensaje de Paz ».