Loading...

Thème | Juillet/Août 2020


Le mariage : un reflet de l’amour de Dieu

Le mariage n’est pas une idée humaine, une invention de notre société. C’est un cadeau génial de Dieu pour nous rendre heureux.  De plus, le mariage nous permet de refléter certains aspects de la nature divine. Quel privilège !



L’exemple céleste
C’est l’une des premières choses que Dieu a dites au sujet de l’être humain : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. » Dans le même verset, il tire encore cette conclusion : « Je lui ferai une aide qui soit son vis-à-vis. » (Genèse 2,18). Quand Dieu a créé l’homme et la femme, il les a faits égaux, mais différents, afin qu’ils se complètent et forment ensemble une unité indivisible. Ainsi, le mariage reflète un aspect de la nature de Dieu, qui nous a créés à son image (Genèse 1,27). Dieu en effet réunit trois personnes qui ont des tâches et des rôles différents. Leur harmonieuse unité est empreinte d’amour inconditionnel et sacrificiel. Le bonheur de l’un fait le bonheur des deux autres.

Le plan de Dieu pour le mariage
Le mariage est donc une invention de Dieu. Dès le commencement, il nous a fourni le mode d’emploi pour la plus étroite des relations humaines : « C'est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et ils ne feront qu’un » (Genèse 2,24). L’ordre des choses est déterminant. C’est seulement après s’être détachés de leurs parents pour voler de leurs propres ailes que l’homme et la femme peuvent former une nouvelle unité. Quitter son père et sa mère ne signifie pas qu’il faut les oublier. Mais c'est prendre conscience que le mariage crée une nouvelle famille. Celle-ci doit désormais avoir la priorité.

S’attacher l’un à l’autre, c’est se promettre fidélité et s’engager volontairement l’un envers l’autre pour la vie. Passer beaucoup de temps ensemble, accorder à l’autre toute son attention. Le fait de cheminer ainsi côte à côte crée un lien intime. 

Après que l’homme et la femme ont quitté leurs parents et se sont attachés l’un à l’autre, ils deviennent une seule chair. Ils ne font plus qu’un. La sexualité est la plus profonde expression d’un attachement à vie entre deux personnes. Comme cet acte d’amour implique tout notre être, il nous rend aussi vulnérables. C’est pourquoi le couple a besoin d’être protégé par une promesse mutuelle de fidélité.

Un miroir abîmé
Faisant fi des instructions divines, l’être humain a pourtant choisi de prendre lui-même sa vie en mains (Genèse 3). Cette rébellion a de vastes répercussions sur nos relations également. Plutôt que de rechercher le bien de l’autre, nous nous concentrons sur nos propres besoins. Nous attendons de notre partenaire qu’il nous rende heureux. Plutôt que d’aimer sans compter, nous poursuivons des désirs égoïstes. Plutôt que de nous mettre au service de l’autre, nous cherchons notre propre avantage. Nous posons des exigences ou même des conditions.

Alors que nous devrions nous compléter l’un l’autre, nous nous faisons mutuellement concurrence. Nous tenons des propos dévalorisants, afin de briller davantage. En cas de conflit, nous campons sur nos positions plutôt que de faire un pas vers l'autre. Chacun tente de se justifier et de rejeter la culpabilité sur l’autre.

La vie commune, qui devait être source de bonheur, se mue en carcan contraignant.

Réparer plutôt que jeter
Le plan de Dieu pour le mariage n’a pourtant pas changé. Par amour pour l’être humain, Dieu lui a donné la possibilité de se libérer de la puissance destructrice d’une vie solitaire. Par la mort de Jésus, il nous a rendus à nouveau capables d’aimer. Si nous nous confions en Dieu, il reprend sa place de Seigneur de notre vie. Désormais, même un mariage miné par les échecs peut retrouver son rôle originel. C’est un terrain d’exercice idéal pour se débarrasser de la suprématie du moi et redécouvrir la communion telle qu’imaginée par Dieu dès le commencement. C’est une véritable aventure, un voyage qui dure toute une vie et requiert de chaque époux qu’il soigne la relation conjugale avec amour. Pour cela, il est important de ne jamais perdre de vue le but : exercer un amour altruiste et refléter toujours plus l’exemple céleste. Ainsi, le mariage devient un miroir du cœur de Dieu. 

Pour un couple, cette vision peut sembler insurmontable. D’où la nécessité d’être accompagné par Dieu. En effet, le mariage n’est pas supposé être un engagement entre deux êtres, mais entre trois êtres. 

Donner à Dieu sa place
Le mariage peut être comparé à un triangle relationnel dans lequel Dieu occupe la première place dans le cœur de l’homme comme dans celui de la femme. Dieu seul peut satisfaire les besoins les plus profonds de notre âme, car il est la source de l’amour. Si nous le plaçons à la pointe du triangle du mariage, il sert de lien entre les époux. Il veillera à ce que le flux d’amour ne s’interrompe pas ou interviendra pour le rétablir. Dans les moments difficiles, nous pouvons épancher notre cœur devant lui. Il nous connaît et nous console. Si nous le lui permettons, il nous rappellera aussi de ne pas céder à la colère, de pardonner, de rechercher la paix, de demander pardon et d’accepter l’autre sans condition.

Triangle relationnel

Passer par le ciel
Ce triangle crée en outre une nouvelle façon de communiquer avec notre partenaire : en passant par le ciel. Lorsque l’autre pourrait se sentir dévalorisé, démuni, attaqué, culpabilisé ou manipulé par mes propos, c’est à Dieu que je dois m’adresser. Je peux lui confier mes pensées et mes sentiments, sans aucun filtre. Ce qui peut se dire avec amour, ce qui favorise le partage, ce qui est encourageant et édifiant, je le communique à mon conjoint directement. Bien sûr, il y aura toujours quelques frictions. L’essentiel, c’est d’apprendre à résoudre ces conflits ensemble et de façon équitable. 

Le triangle du mariage illustre encore un autre mystère : plus les époux se rapprochent du cœur de Dieu, plus ils se rapprochent l’un de l’autre. C’est pourquoi nous recherchons la présence de Dieu. Lorsque notre âme est comblée par notre relation avec Jésus, nous ne sommes plus en quête d’amour pour nous-mêmes, mais pouvons nous consacrer pleinement à notre conjoint. Ainsi, nous apprenons à être son meilleur ami, à le recevoir tel un précieux cadeau de Dieu.