Loading...

Thème | juillet / août 2021


Être des parents selon le cœur de Dieu

L’éducation des enfants n’est pas une méthode ou un art qui requiert des dons particuliers. C’est le formidable mandat que Dieu nous a confié, à nous parents. Il est lui-même notre Père, l’exemple parfait.



Une tâche formidable
C’était l’idée de Dieu de ne pas créer des êtres adultes, achevés, mais de placer chaque nouvelle vie dans une famille où elle grandit entourée d’un père et d’une mère. Dieu a donc confié aux parents ce mandat, cette tâche d’exercer sur nos enfants une influence favorable, de les orienter vers Dieu, de les préparer pour la vie adulte. Nous sommes ses collaborateurs et luttons avec lui pour atteindre le but suprême de l’éducation : Dieu désire que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité
(1 Timothée 2,4). Dieu veut conquérir le cœur de nos enfants. Il désire qu’ils placent toute leur confiance en lui, qu’ils reconnaissent que lui seul peut combler tous leurs besoins et qu’ils trouvent en lui un profond bonheur. Pour les parents, il n’y a pas de meilleur moyen d’atteindre ce but que d’éduquer nos enfants en prenant exemple sur Dieu — le seul Père parfait — et en apprenant de lui.

Dieu le Père…
Dieu, le Créateur de l’univers, se présente à nous comme un Père. Par la foi en lui, nous devenons ses enfants (Jean 1,12 ; Jean 3,1). Cela confère une grande dignité à la parentalité. Nous sommes appelés à refléter Dieu en tant que parents. L’éducation consiste donc en premier lieu à montrer le cœur du Père à nos enfants et à agir envers eux comme Dieu agit envers nous. Pour cela, nous pouvons porter nos regards sur Dieu pour apprendre de lui et nous laisser imprégner par ses qualités de Père.

… nous aime sans condition
La Bible l’exprime à maintes reprises : Dieu aime ses enfants (Jean 16,27), il fait d’eux sa plus grande joie et se réjouit à grands cris à leur sujet (Sophonie 3,17), ils ont de la valeur à ses yeux (Ésaïe 43,4) et rien sur cette terre ne pourra jamais les séparer de son amour (Romains 8,39). Peu importent notre apparence, nos talents, nos capacités, nos performances, Dieu nous aime. Et même lorsque nous l’attristons et le blessons par notre mauvais comportement, il nous conserve sa bonté et est prêt à nous pardonner dans son amour.

… a le dernier mot
Dès le début, Dieu a établi les règles du jeu et les a communiquées à l’être humain. Il ne s’agit toutefois pas d’un jeu de pouvoir. Ces règles sont plutôt destinées à nous protéger, à nous donner une vie réussie. Dieu veut que nous placions notre confiance en lui et obéissions à ses instructions parce que nous sommes convaincus qu’il nous aime et veut notre bien. Dieu attend donc de ses enfants qu’ils lui obéissent. Non parce qu’ils ont peur d’être punis ou rejetés, mais parce qu’ils développent une profonde confiance en lui.

… nous apprend la responsabilité
Dieu a placé Adam et Ève dans un jardin où se trouvait un arbre aux fruits défendus. Ainsi, dès le début, il donne à l’être humain la possibilité de prendre des décisions bonnes ou mauvaises. Cela montre toute l’importance que notre Père attache à la liberté. Si nous n’avions pas la liberté de le rejeter, nous n’aurions pas non plus la liberté de nous tourner vers lui, par choix. Dieu désire que les êtres humains apprennent à assumer la responsabilité de leurs actes et à ne pas être victimes des circonstances. Il veut nous aider à prendre de bonnes décisions, mais il ne les prend pas à notre place.

… ne nous épargne rien
Dieu a donc donné aux premiers êtres humains un espace de liberté et les a laissés prendre des décisions. Cependant, il leur a aussi indiqué clairement que celles-ci auraient des conséquences. Dieu n’est pas un Père qui évite tout écueil à ses enfants. Il permet qu’ils récoltent les fruits de leur comportement, parce qu’il les aime et les éduque. Il est toujours prêt à les aider à résoudre les problèmes, mais il ne les résout pas à leur place.

… nous donne toujours une nouvelle chance
Dieu est un Père plein de compassion (Luc 6,36). Son amour pour nous est inébranlable. Jésus l’a bien expliqué dans la parabole du fils prodigue. Quand son fils qui s’est violemment rebellé contre lui, l’a profondément blessé, a échoué sur toute la ligne et n’en a fait qu’à sa tête, revient à la maison, le Père l’accueille à bras ouverts. Il n’est pas rancunier. Il est prêt à lui pardonner de tout cœur et à lui redonner sa place dans sa maison.

… tient parole
Dieu est absolument fiable (Psaumes 33,4). Ce qu’il dit, il le fait. Il tient toutes ses promesses. À cause de sa fidélité, nous sommes confiants, sereins, en sécurité.

… affronte le péché
Nos mauvaises actions ne lui sont pas égales. Dieu ne ferme pas les yeux, il ne balaie pas nos erreurs d’un revers de la main. Il ne veut pas que nous vivions en dessous de notre niveau. Notre Père prend nos fautes au sérieux à tel point qu’il a envoyé son Fils mourir sur la croix. D’un autre côté, l’ampleur de son sacrifice montre à quel point notre Père désire nous pardonner et nous débarrasser de tout ce qui détruit notre vie.

… affirme notre identité
Il y a une puissance dans les paroles que nous prononçons. Dans toute la Bible, nous voyons que Dieu affirme l’identité de son peuple et des individus : « on les appellera plantation de l’Éternel » (Ésaïe 61,3), « Vous serez mon peuple et je serai votre Dieu » (Jérémie 30,22), « Vous êtes un peuple choisi, des prêtres royaux, une nation sainte » (1 Pierre 2,9). Dieu dit qui nous sommes à ses yeux, même si ce qu’il affirme ne correspond peut-être pas toujours à notre comportement du moment.

La plus importante des ressources
Toutes ces caractéristiques paternelles de Dieu se résument en un mot : l’amour. Il ne s’agit pas d’un amour que l’on éprouve parce que l’autre a quelque chose à nous offrir, mais d’un amour agapé, un amour qui se donne. Nous parents, nous ne trouvons pas cet amour en nous-mêmes. Nous constatons plutôt que nous sommes démunis. Non, nous ne sommes pas parfaits. Mais en Jésus-Christ, nous avons accès à la source de cet amour exceptionnel, nous pouvons nous approcher du seul Père parfait. Laissons donc notre Père céleste nous aimer chaque jour, vivons en étroite relation avec lui et il nous remplira de son amour divin. Or, nous avons besoin de cet amour pour que notre attitude vis-à-vis de nos enfants reflète de plus en plus celle de Dieu à notre égard.