Loading...

Thème | Février 2020


Réussir – S’épanouir – Ensemble

« La famille est un modèle dépassé. » On lit régulièrement de tels titres. De nouveaux modes de vie seraient sur le point de remplacer la « famille traditionnelle ». Les valeurs d’autrefois s’effritent ou sont délibérément évincées. Petit à petit, l’idéologie du genre fait son chemin.



Tous concernés
Ces développements ont pour but la création d’une nouvelle société. Chacun doit se remettre en question. À l’avenir, les lois devront permettre divers modes de vie. Célibataire ou marié, jeune ou vieux, personne ne peut échapper à cette thématique.
Faut-il nous en lamenter ? Non, cela ne mène à rien, si ce n’est à créer un climat d’insécurité. Il est plus utile de nous rappeler les valeurs bibliques afin de nous préparer à relever ce défi. Comment le Créateur de la vie, du couple et de la famille a-t-il imaginé la vie en société ? Quelle est notre position ? Comment vivre pour rendre gloire à Dieu ?

Il est de la responsabilité de chacun de chercher des réponses. De plus, l’Église se doit de répondre aux questions que se posent ses membres. Ainsi, nous voulons affirmer certaines valeurs afin de poser un fondement sûr face aux changements environnants. Mais que cela soit dit d’emblée : quiconque est connecté à Jésus-­Christ, la source de la vie, peut avoir une vie réussie.

Au commencement
Après avoir créé le monde, Dieu considéra que tout cela était « très bien ». L’être humain fait partie de la création, dans laquelle il a reçu un espace de vie qui garantit sa subsistance. Mais ce cadeau s’accompagne aussi d’engagements, comme l’explique Armin Wenz. L’être humain, homme et femme, est destiné à manger les fruits de la création. Cependant, il doit aussi respecter la limite fixée par Dieu autour de l’arbre de la connaissance (Genèse 2,16–17). De plus, homme ou femme, l’être humain ne doit pas se soumettre à la création, c’est-à-dire qu’il ne doit pas en faire une idole, mais dominer sur elle (Genèse 1,28 ; 2,15.19). Enfin, l’être humain a pour destin d’entretenir et de préserver la terre dans l’union du mariage et de génération en génération (Genèse 1,27–28 ; 2,18). 

Pour que cela fonctionne
Pour que l’être humain puisse accomplir sa destinée, il faut premièrement que sa relation avec Dieu soit intacte, ce qui signifie qu’elle doit être entretenue. Deuxièmement, il faut que l’être humain soit libre. Or, le péché lui ayant volé sa liberté, il a besoin d’être libéré. Cette rédemption lui est offerte en Jésus-Christ. Enfin, l’être humain doit aussi entretenir des relations saines avec ses semblables. Alors seulement, il est libre d’accomplir sa destinée.

Affermir les fondements
Les règles fondamentales placées par Dieu dans la création sont déterminantes pour toute l’humanité. Les livres de la loi de l’Ancien Testament les souligne et les développe. Les livres historiques donnent des exemples de ce qui se passe lorsqu’un être humain respecte, ou au contraire transgresse, ces règles fondamentales. Dans le prolongement, les livres de Sagesse donnent des indications pour mener une vie réussie. L’Écriture affirme à de nombreuses reprises qu’il relève de la responsabilité de l’être humain d’accueillir ou de rejeter la bénédiction divine – ainsi que les conséquences pour lui-même et son entourage. Finalement, les prophètes aussi ont appuyé les dix commandements. Ils n’ont pas eu peur de critiquer les modes de vie non conformes aux règles fondamentales de Dieu.

Jésus développe l’ordre créationnel
Les discussions entre Jésus et les maîtres de la loi au sujet du couple et de la famille donnent de précieuses indications. Jésus leur a montré pourquoi les modes de vie institués par Dieu ont pour but de bénir l’être humain. Par la suite, les apôtres ont repris les instructions de leur Seigneur. Nous trouvons par exemple des principes régissant la vie familiale dans les épîtres aux Éphésiens et aux Colossiens ainsi que dans la première épître de Pierre. L’égoïsme n’y trouve aucune place. L’amour et l’esprit de sacrifice de Jésus-Christ doivent plutôt nous servir de référence. Les passages bibliques qui établissent un lien entre le récit de la création et l’Évangile constituent un point culminant (p. ex. 1 Corinthiens 11,7–12 ; Éphésiens 5,22–31 ; 1 Timothée 2,13–15). Paul établit une comparaison entre l’union entre l’homme et la femme et l’union entre l’Église et son Seigneur, considérant qu’il s’agit là d’un grand mystère.

À juste titre, Armin Wenz ajoute au sujet des passages susmentionnés : « Il est certain que l’interprétation et l’application de ces passages ont souffert de certains abus au cours de l’histoire de l’Église. Il faut pourtant donner à l’Écriture sainte une chance de s’expliquer elle-même plutôt que de fermer d’emblée son cœur et sa pensée dès que surgissent des mots connotés négativement comme ‘obéir’, ‘chef’ ou ‘soumission’. »
Pour les personnes célibataires aussi, c’est une réalité : Jésus a les yeux sur chacun et tout le monde a sa place dans la famille de Dieu.

Quelle application pour notre temps ?
Pour qu’une chose continue d’exister, il faut en parler. Ainsi, Dieu a dit au sujet d’Abraham : « En effet, je l’ai choisi afin qu’il ordonne à ses fils et à sa famille après lui de garder la voie de l’Éternel en pratiquant la droiture et la justice. Ainsi l’Éternel accomplira en faveur d’Abraham les promesses qu’il lui a faites » (Genèse 18,19).
Dieu désire accomplir ses promesses envers Abraham et sa descendance. Pour cela, il faut que l’on continue d’enseigner la voie de Dieu. Nous avons aujourd’hui la responsabilité de transmettre la pensée de Dieu à la prochaine génération. Cela est plus urgent que jamais, car souvent, la société qui nous entoure méconnaît la Parole de Dieu et méprise son autorité.
Ce principe biblique reste valable : « La justice fait la grandeur d’une nation, mais le péché est le déshonneur des peuples » (Proverbes 14,34). Si la seconde partie de ce proverbe retentit comme un avertissement, l’appel à agir se concentre sur la première partie du verset. Celle-ci se réfère à Dieu, car de quelle autre justice serait-il question, si ce n’est de la justice accomplie par Dieu en Jésus-Christ ? Ainsi, notre compréhension et notre mise en pratique des thèmes liés à la vie, au couple et à la famille doivent toujours s’inscrire dans une relation avec Jésus-Christ.

Série de prédications 2020
Réussir – s’épanouir – ensemble
Principes bibliques pour la vie, le mariage et la famille

Durant l’année, nous aborderons ce thème sous les angles suivants :

  1. Unicité de la vie
  2. La fidélité mène à la confiance et à la sécurité
  3. Pureté et sainteté de la vie et du mariage
  4. Apprendre et enseigner, à prendre nos responsabilités
  5. Principes éducatifs et processus pour arriver à la maturité
  6. Relations apaisées
  7. Aimer et honorer
  8. Rayonnement dans ce monde