Loading...

Église | Avril 2022


À propos de la prière – Partie 3

Notre Père s’occupe aussi de nos besoins humains ! « Notre Père céleste ! … Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien ; pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. »



La prière que Jésus nous enseigne a la même structure que les dix commandements. La première partie concerne Dieu, la seconde, nos besoins humains. 

Peut-être l’avez-vous remarqué ? Il y a un mot qui n’apparaît pas dans cette prière. C’est le mot « je » qui est remplacé par « nous ». Quand on prie Dieu, nous le faisons en tant que membres d’une communauté. Les relations que nous entretenons les uns avec les autres ont une influence sur notre relation avec Dieu. C’est d’ailleurs ce qui souligne clairement la prière concernant le pardon. 

Donne-nous notre pain quotidien
Jésus résume nos besoins humains par une courte phrase. Le mot « quotidien » peut aussi signifier « nécessaire ». Cela nous apprend le contentement, mais aussi à nous attendre à Dieu, qui subvient à nos besoins. Notre Père céleste nous donne le pain sur la terre ! Nous apprenons à lui faire confiance, ce qui est merveilleusement libérateur ! C’est une sécurité à long terme, même si nous n’avons pas de réserves visibles. Mais je ne prie pas pour avoir assez pour moi-même, mais pour que Dieu subvienne à nos besoins à tous, ensemble. Autrement dit, je rejette clairement toute attitude individualiste, je ne cherche pas à faire des réserves égoïstes en accaparant tout pour moi.

Pardonne-nous
Jésus se préoccupe ensuite de notre existence spirituelle. Le pardon est tout aussi nécessaire pour la vie et la santé de l’âme que le pain l’est pour le corps. Cette demande est centrée sur les offenses personnelles pour lesquelles chaque être humain a besoin de pardon pour toute sa vie. Il ne s’agit pas seulement des péchés que nous commettons quand nous désobéissons aux dix commandements, mais aussi par exemple de notre manque d’amour, de tout ce qui gêne notre relation avec Dieu et les autres. Or, la bonne nouvelle, c’est que Jésus nous a pardonné (p. ex. Colossiens 3,13) !

En priant, nous prenons aussi un engagement personnel : je reconnais mes offenses et le pardon de Dieu dépend de mon attitude vis-à-vis de mon prochain. Plusieurs autres passages de l’Évangile de Matthieu (6,14-15 ; 18,21-35) nous montrent à quel point cela est important pour Jésus. Quelle joie, Dieu a pardonné toutes mes offenses ! Voilà pourquoi moi aussi, je veux pardonner.